Archives janvier à avril 2018

RETOUR sur moyapatrick.com

pour les news très récentes voir la page facebook

http://www.facebook.com/moya.patrick

 

Avril


30 Avril - Visite d'un professeur espagnol de Seville

       

28 avril - "Chapelle Moya" les journées d'avril à Clans
avec une lecture de Patrick Hubner et une lecture de Pascal Giovannetti acocompagné par François Combe dans La Chapelle "moya "

   
James Dauphiné, Christian Maria maire de Clans et Patrick Hubner   Pascal Giovannetti acocompagné par François Combe 
 

29 avril - un cadeau de Mario Gerosa et Roberta Panza de retour du Mexique
Un masque le lucha libre mexicain en rappel du masque de l'un des avatar de Moya dans second Life
Mario Gerosa a été le curateur de l'exposition sur la Renaissance Virtuelle à Florence dans laquelle une salle était consacrée au Moya land.

               

25 avril - Happy Hour Littéraire de Talou à Nice - "La passion de l'art"
débat entre le frère Yves Marie Lequin (aumônier des artistes) et Patrick Moya


25 avril « Osons la jeunesse » Présentation de l’expo Moya
Dans le cadre de la présentation de la politique culturelle du département 06, au Palais Sarde de Nice

Charles-Ange Ginésy président du département 06 et Anne Marie Dumont Vice-présidente en charge de la culture   Visite interactive de la reproduction de l'exposition

La voiture des magasins Amour Vinum

 

visite du Moya Museum de Sansar par un groupe réuni autour de Bernhard Drax
l'un des meilleur specialiste des mondes virtuel et de la VR dont les reportages resteront dans l'histoire des mondes virtuels - en particulier certains très beau reportages sur les personnes handicapées utilisant second life
le Moya Museum à la 52 eme minute et dans un second film réalisé par Strawberry Singh

https://www.youtube.com/watch?v=Tq4Jf0wR_tY&feature=share

   

   
           
    Vue depuis l'avatar de Strawberry Singh    
   

   

Pour le centre commercial Cap 3000 - Saint Laurent du Var
Sur le thème du shopping de la mer et de la protection de la faune de l'embouchure du Var.
Image montée et photographiée en grande partie dans le studio Moya virtuel de Second Life

   
     

l'exposition "le Cas Moya" est maintenant terminée en réel mais elle reste visitable sur le Moya land
reproduite à l'identique et interactive avec visite commentée par l'artiste sur demande de préférence de 21h à minuit heure française
Le serious game Moya Land est visitable sur second life à cette adresse 
http://maps.secondlife.com/secondlife/Moya/54/92/21

  réel - virtuel
réel - virtuel réel - virtuel
réel - virtuel

14 avril - limediaparty de la BMI d'Epinal
le robot Nao programmé par les étudiants du lycée Mendes France d'epinal à avec sa fonction de guide de musée

       

L'europétanque s'annonce

           

Prolongation de l'expo "le Cas Moya" (version resserrée dans le pavillon de l'horloge")

           
                 
         

5 avril - Yacht Club de Monaco - sculpture et film tourné sur le Moya Land pour la soirée
au profit du Coeur des Femmes organisée par les Femmes Leaders de Monaco
en présence de la Princesse Stéphanie

   
             
         

Exposition itinérante Moya et le Skeleton Band à la médiatheque de Fousseret
- exposition organisé par Pirats Art Network

               

MUDO à Beauvais - exposition consacrée à l'éditeur Bernard Dumerchez 
dans laquelle est présenté le livre "lettres du Moya Land" un dessin et un leporello

             

Film de la journaliste Caterina Cretier à propos de la live painting au Palazzo Saluzzo Paesana.Turin


Mars


31 mars - Le Moya Land accueillait l'artiste et universitaire tunisienne Wafa Bourkhis
pour son installation lors du festival des Arts de la Méditerranée de Sidi Bou Said.
avec une installation "Moya Land" afin de relier les deux rives de la méditerranée

 
   
    Wafa Bourkhis    
   
     
 

 

la Dolly fait des adeptes
à l'occasion de l'exposition "Dolly mon amour" au Palazzo Saluzzo Paesana de Turin

 

30 mars - le Moya Land vit désormais sa propre vie
le rêve de l'œuvre interactive et indépendante de son créateur se realise.

Merci à Francesca Caeran qui a organisé un concert deTempio Breil live singer devant la maquette virtuelle du Palazzo Saluzo Paesana en honneur de l'exposition de Turin

  Photos Francesca Caeran  

30 mars - 30 avril - Palazzo Saluzzo Paesana de Turin Exposition Moya "Dolly mon amour"
la première exposition consacrée à l'histoire de la Dolly Party - Curateur Enrico Debandi 

-la Dolly Party à 20 ans et son unique incursion en Italie à été à Turin en 2011 -
c'est à la demande des organisateur de la Dolly Party et deux ans après la création de cette célèbre soirée electro
que Moya a crée le personnage de la Dolly dont la charte graphique a ensuite impregnée l'ensemble de son oeuvres . l'exposition présente
des toiles réalisées pour les flyers des Dolly Party et une collection de ces flyers ainsi que des toiles avec la Dolly

 

 
photo Caterina Cretier        
       
     
     
       
 
       
       
     
     
       
    photo Caterina Cretier  
 
     

29 mars - vernissage de l'exposition "Dolly mon amour"
au Palazzo Saluzo Paesana de Turin

 
     

Live painting à l'occasion vernissage de l'exposition "Dolly mon amour"

Photo Sguardi su Torino Photo Sguardi su Torino  

28 mars - Installation dans le théâtre du Palazzo Saluzzo Paesana de Turin

       

27 mars - soirée au Palazzo Saluzzo Paesana avec un repas sur le thème du printemps
dans le cadre de l'expostion "Dolly mon amour" par le grand chef italien Christian Mandura

       

   

Annonces de l'exposition "Dolly mon amour" au Palazzo Saluzzo Paesana de Turin

  Omaggio alla celebre pecora Dolly
La mostra vuole essere un omaggio al personaggio più celebre ed iconico della produzione artistica di Patrick Moya, la pecora Dolly, nata vent’anni fa e il cui nome si ispira alla celebre pecora clonata nel 1997. Pensata in origine come mascotte di una delle più celebri serate “électro gay friendly” della Costa Azzurra, ben presto questa gentile pecora rosa diventerà un’icona inseparabile dell’opera di Moya, circondandosi nel corso degli anni di tutta una serie di personaggi surreali: Teddy Bear, asini in gonnella, elefanti volanti, scimmiette in livrea e maliziosi diavoletti con le ali, un coloratissimo bestiario, quasi umano, che ci proietta in un mondo magico, capace di comunicare al bambino nascosto dentro ognuno di noi.

Le parole del curatore Enrico Debandi
“Siamo orgogliosi di ospitare per la prima volta a Torino una mostra personale di Patrick Moya, artista molto popolare e visibile nella vicina Costa Azzurra e presente in diverse iniziative culturali di prestigio organizzate sul territorio francese” commenta Enrico Debandi, responsabile artistico degli spazi di Palazzo Saluzzo Paesana e curatore della mostra Dolly Mon Amour. “Dal vastissimo repertorio di produzione di Moya, abbiamo scelto di concentrarci sui mille travestimenti del personaggio rappresentato dalla pecora Dolly che, con il suo sguardo ammiccante e con la sua espressione curiosa e irriverente, inaugura la stagione espositiva del Teatro Paesana in concomitanza con la primavera ed il periodo Pasquale”.

Lo spazio espositivo - Ex Teatro di Palazzo Saluzzo Paesana
Il Teatro Paesana nasce a metà del ‘700 negli spazi originariamente concepiti come secondo androne di Palazzo Saluzzo Paesana, in asse con l’ingresso principale del sontuoso edificio posto su via della Consolata e fatto chiudere per disposizione del Re Vittorio Amedeo II pochi anni dopo la costruzione, in quanto la presenza di un doppio ingresso era considerato un privilegio eccessivo. L’atrio, adattato a teatro e utilizzato per spettacoli popolari e commedie, appare in una pianta della città del 1790 con il nome di Teatro Guglielmone, dal nome di chi ne era proprietario. Presente ancora nella mappa catastale del 1822, il teatro verrà poi chiuso e trasferito in via Principe Amedeo nella sede del Teatro D’Angennes, oggi conosciuto come Teatro Gianduja. Lo spazio, sopravvissuto alle trasformazioni e ai frazionamenti, in seguito a un lungo periodo di abbandono e usi impropri è ora oggetto di un importante intervento di recupero, volto a restituirne l’originaria vocazione e funzione di pubblico spettacolo, oltre a ricollegarlo al Piano Nobile del Palazzo attraverso l’imponente Cortile d’Onore.

Patrick Moya
Nato nel 1955 a Troyes da genitori d'origine spagnola, Patrick Moya frequenta l'istituto d'Arte di Villa Arson a Nizza (Costa Azzurra) prima di posare come modello all’Accademia di Belle Arti per dieci anni con lo scopo di diventare «la creatura al posto del creatore» ed interrogandosi sul cambiamento apportato alla storia dell'arte dai nuovi media secondo gli scritti del celebre teorico canadese McLuhan: «a causa dell’onnipresenza dei media - come la diretta televisiva - il creatore non ha più il tempo di raccontare la storia dell’arte: per esistere, deve necessariamente diventare lui stesso creatura». L’artista comincia la sua produzione lavorando sull'utilizzo delle lettere del suo nome, MOYA, assimilando l'opera alla sua firma in un periodo definibile «néo-lettrisme», prima d'inventarsi nel 1996 un alter ego, il suo piccolo Moya, autoritratto caricaturale che gli permette di esistere all’interno dei suoi lavori. Dal 1998 è rappresentato dalla galleria Ferrero, celebre per diffondere le opere dei più grandi artisti della scuola di Nizza come Arman o Ben Vautier: da quel momento le sue opere prolificano e generano gradualmente un universo personale sotto forma di bestiario quasi umano, pieno di stranezze, colore e poesia. Nel 2007, dopo quattro anni di lavoro, l’artista termina gli affreschi murali di una cappella che porta il suo nome situata nel piccolo villaggio di Clans (nell’entroterra di Nizza) e da febbraio 2009 sfila sul primo carro da lui creato per il Carnival de Nice. Nello stesso periodo, Moya erige delle sculture monumentali in acciaio in Asia e modella dei piccoli lettini in ceramica in Italia, passando con virtuosità dal pennello al computer, dall'arte contemporanea all'arte numerica (o meglio postnumerica). A partire da febbraio 2007, Moya si installa in Second Life (SL), costruendo e popolando un'isola virtuale in 3D che possiede nel web. Il creatore è finalmente diventato una creatura che vive nella sua opera attraverso un avatar dal nome Moya Janus e che accoglie i visitatori immergendoli nel suo universo; concepita come un'opera d'arte globale, quest'isola è il risultato d'una iniziativa invasiva divenuta immersiva. Ad oggi riconosciuto anche come artista numerico, Moya ha partecipato all’iniziativa «Rinascimento virtuale», titolo della prima esposizione d'artisti di Second Life svoltasi nel 2009 al museo antropologico della città di Firenze, nel quale una sala intera era dedicata alla «Civiltà Moya». Nel 2011, data dell'edizione del catalogo ragionato "Artstoarts" (40 anni di creazione, 4200 opere catalogate), una nuova "Civiltà Moya" nasce sui muri del museo d'Arte La Malmaison di Cannes: un affresco-installazione di 90 metri di lunghezza e 4 metri di altezza che racconta la sua avventura artistica. Questa esposizione, fedelmente riprodotta in Second Life, permetteva al visitatore d'incontrare l'avatar dell'artista e di percorrere con lui il suo universo virtuale. Nel maggio 2015, infine, una nuova biografia aggiornata dell'artista, intitolata "Le cas Moya", permette di valutare globalmente la coerenza del suo lavoro, seguendone le diverse tappe. Qui si vede come Moya ha potuto realizzare il suo sogno adolescenziale: essere per esempio Tintin e non Hergé, la Gioconda e non Leonardo da Vinci... ovvero diventare Creatura (attraverso il suo avatar) per vivere all'interno della sua opera.

     
http://www.artribune.com/mostre-evento-arte/patrick-moya-dolly-mon-amour/   page culture de la stampa    
   

vidéo du journaliste Marco Gritti sur l’expo Moya « Dolly mon amour » à Turin
https://www.youtube.com/watch?v=dRS7LJoEiwI&feature=youtu.be

               

Film de la performance par sguardisutorino

    https://www.facebook.com/sguardisutorino/videos/1781493981889712/?t=57      
         
           
http://sguardisutorino.blogspot.fr/2018/03/con-dolly-mon-amour-lartista-francese.html   https://www.giornalelavoce.it/torino-dolly-mon-amour-moya-dalla-costa-azzurra-torino-293540   ANSA        
           

http://www.arte.it/calendario-arte/torino/mostra-patrick-moya-dolly-mon-amour-50037

Arriva a Torino il poliedrico artista francese PATRICK MOYA e le sue creazioni nella mostra DOLLY MON AMOUR che sarà allestita negli spazi dell’ex Teatro Paesana e aperta gratuitamente al pubblico da venerdì 30 marzo a lunedì 30 aprile (ingresso da Via Bligny n. 2 - Torino). 
La mostra vuole essere un omaggio al personaggio più celebre ed iconico della produzione artistica di Patrick Moya, la pecora Dolly, nata vent’anni fa e il cui nome si ispira alla celebre pecora clonata nel 1997. Pensata in origine come mascotte di una delle più celebri serate “électro gay friendly” della Costa Azzurra, ben presto questa gentile pecora rosa diventerà un’icona inseparabile dell’opera di Moya, circondandosi nel corso degli anni di tutta una serie di personaggi surreali: Teddy Bear, asini in gonnella, elefanti volanti, scimmiette in livrea e maliziosi diavoletti con le ali, un coloratissimo bestiario, quasi umano, che ci proietta in un mondo magico, capace di comunicare al bambino nascosto dentro ognuno di noi. 
“Siamo orgogliosi di ospitare per la prima volta a Torino una mostra personale di Patrick Moya, artista molto popolare e visibile nella vicina Costa Azzurra e presente in diverse iniziative culturali di prestigio organizzate sul territorio francese” commenta Enrico Debandi, responsabile artistico degli spazi di Palazzo Saluzzo Paesana e curatore della mostra Dolly Mon Amour. “Dal vastissimo repertorio di produzione di Moya, abbiamo scelto di concentrarci sui mille travestimenti del personaggio rappresentato dalla pecora Dolly che, con il suo sguardo ammiccante e con la sua espressione curiosa e irriverente, inaugura la stagione espositiva del Teatro Paesana in concomitanza con la primavera ed il periodo Pasquale”.  
Nato nel 1955 a Troyes da genitori d'origine spagnola, Patrick Moya frequenta l'istituto d'Arte di Villa Arson a Nizza (Costa Azzurra) prima di posare come modello all’Accademia di Belle Arti per dieci anni con lo scopo di diventare «la creatura al posto del creatore» ed interrogandosi sul cambiamento apportato alla storia dell'arte dai nuovi media secondo gli scritti del celebre teorico canadese McLuhan: «a causa dell’onnipresenza dei media - come la diretta televisiva - il creatore non ha più il tempo di raccontare la storia dell’arte: per esistere, deve necessariamente diventare lui stesso creatura». 
L’artista comincia la sua produzione lavorando sull'utilizzo delle lettere del suo nome, MOYA, assimilando l'opera alla sua firma in un periodo definibile «néo-lettrisme», prima d'inventarsi nel 1996 un alter ego, il suo piccolo Moya, autoritratto caricaturale che gli permette di esistere all’interno dei suoi lavori.
Dal 1998 è rappresentato dalla galleria Ferrero, celebre per diffondere le opere dei più grandi artisti della scuola di Nizza come Arman o Ben Vautier: da quel momento le sue opere prolificano e generano gradualmente un universo personale sotto forma di bestiario quasi umano, pieno di stranezze, colore e poesia. Nel 2007, dopo quattro anni di lavoro, l’artista termina gli affreschi murali di una cappella che porta il suo nome situata nel piccolo villaggio di Clans (nell’entroterra di Nizza) e da febbraio 2009 sfila sul primo carro da lui creato per il Carnival de Nice.
Nello stesso periodo, Moya erige delle sculture monumentali in acciaio in Asia e modella dei piccoli lettini in ceramica in Italia, passando con virtuosità dal pennello al computer, dall'arte contemporanea all'arte numerica (o meglio post- numerica). 
A partire da febbraio 2007, Moya si installa in Second Life (SL), costruendo e popolando un'isola virtuale in 3D che possiede nel web. Il creatore è finalmente diventato una creatura che vive nella sua opera attraverso un avatar dal nome Moya Janus e che accoglie i visitatori immergendoli nel suo universo; concepita come un'opera d'arte globale, quest'isola è il risultato d'una iniziativa invasiva divenuta immersiva. 
Ad oggi riconosciuto anche come artista numerico, Moya ha partecipato all’iniziativa «Rinascimento virtuale», titolo della prima esposizione d'artisti di Second Life svoltasi nel 2009 al museo antropologico della città di Firenze, nel quale una sala intera era dedicata alla «Civiltà Moya».
Nel 2011, data dell'edizione del catalogo ragionato "Artstoarts" (40 anni di creazione, 4200 opere catalogate), una nuova "Civiltà Moya" nasce sui muri del museo d'Arte La Malmaison di Cannes: un affresco-installazione di 90 metri di lunghezza e 4 metri di altezza che racconta la sua avventura artistica. Questa esposizione, fedelmente riprodotta in Second Life, permetteva al visitatore d'incontrare l'avatar dell'artista e di percorrere con lui il suo universo virtuale. Nel maggio 2015, infine, una nuova biografia aggiornata dell'artista, intitolata "Le cas Moya", permette di valutare globalmente la coerenza del suo lavoro, seguendone le diverse tappe. Qui si vede come Moya ha potuto realizzare il suo sogno adolescenziale: essere per esempio Tintin e non Hergé, la Gioconda e non Leonardo da Vinci... ovvero diventare Creatura (attraverso il suo avatar) per vivere all'interno della sua opera.
http://www.mentelocale.it/torino/eventi/76542-dolly-mon-amour-mostra-patrick-moya.htm      

http://www.iltorinese.it/dolly-mon-amour/

  http://www.critickets.it/e/1709/patrick-moya-dolly-mon-amour
     

http://www.torinoggi.it/2018/03/23/leggi-notizia/argomenti/eventi-11/articolo/mostra-personale-di-patrick-moya.html

 

Mostra personale di Patrick Moya
Al teatro Paesana, dal 30 marzo al 30 aprile

Arriva a Torino il poliedrico artista francese Patrick Moya e le sue creazioni nella mostra personale "Dolly mon amour", curata da Enrico Debandi, che sarà allestita negli spazi dell’ex Teatro Paesana di Palazzo Saluzzo Paesana e aperta gratuitamente al pubblico da venerdì 30 marzo a lunedì 30 aprile (ingresso da Via Bligny n. 2 - Torino).

La mostra vuole essere un omaggio al personaggio più celebre ed iconico della produzione artistica di Patrick Moya, la pecora Dolly, nata vent’anni fa e il cui nome si ispira alla celebre pecora clonata nel 1997. Pensata in origine come mascotte di una delle più celebri serate “électro gay friendly” della Costa Azzurra, ben presto questa gentile pecora rosa diventerà un’icona inseparabile dell’opera di Moya, circondandosi nel corso degli anni di tutta una serie di personaggi surreali: Teddy Bear, asini in gonnella, elefanti volanti, scimmiette in livrea e maliziosi diavoletti con le ali, un coloratissimo bestiario, quasi umano, che ci proietta in un mondo magico, capace di comunicare al bambino nascosto dentro ognuno di noi.

“Siamo orgogliosi di ospitare per la prima volta a Torino una mostra personale di Patrick Moya, artista molto popolare e visibile nella vicina Costa Azzurra e presente in diverse iniziative culturali di prestigio organizzate sul territorio francese” commenta Enrico Debandi, responsabile artistico degli spazi di Palazzo Saluzzo Paesana e curatore della mostra Dolly Mon Amour. “Dal vastissimo repertorio di produzione di Moya, abbiamo scelto di concentrarci sui mille travestimenti del personaggio rappresentato dalla pecora Dolly che, con il suo sguardo ammiccante e con la sua espressione curiosa e irriverente, inaugura la stagione espositiva del Teatro Paesana in concomitanza con la primavera ed il periodo Pasquale”.

La mostra sarà, con la sua bizzarria, un divertente omaggio artistico ad una delle icone della Pasqua.

 

24 mars - Installation "Moya archeologie Museum" à l'occasion de la réouverture de l'extraordinaire sim "Museum Island" crée par Carlolello Zapatero sur second Life et qui reproduit de nombreux vestiges et monuments antiques.
Evenement avec chanteur, DJ et installation d'artiste. l'installationMoya archeologie musuem se trouve a 1000 mètre dans le ciel et accessible par teleport.
Carlolello Zapatero aka Carmine Lillo archeologue de formation travaille pour la television italienne à la reproduction 3d de monuments de l'antiquité.

     
     
     
    Museum Island Second Life  

24 mars - Au C'factory after à 5h du matin (parvis du Mamac de Nice)


Le projet Nao du lycée Mendes France d'Epinal se poursuit
Projet de groupe de BTS SN-IR 2ième année basé sur le robot Nao qui doit devenir guide de musée
le robot tentera de faire des oeuvres "Moya" et servira de guide au Moya Museum


21 mars - villa Arson - conférence de Didier Méhu professeur d'histoire de l'art À l'université Laval au Québec
"Et si le corps était la porte du salut. Parcours aléatoire, de saint Augustin à Moya, en passant par Sade"

Didier Mehu est professeur d'histoire de l'art à l'Université Laval, à Québec. (Université qui a souvent fait des visites sur le Moya land de second life.)

     
       

19 mars -un groupe s'est donné rendez vous sur l'ile virtuelle du Moya Land
visite un voiture (un peu pleine - il y en a eu 7 ) pour aller voir la reproduction de l'exposition "le cas moya", la chapelle de clans et les expos en Asie, a Hong Kong et en Corée.

click for enlarge click for enlarge
click for enlarge click for enlarge click for enlarge
click for enlarge click for enlarge

Le stand Nice Matin a la foire de Nice
Avec les personnages du Moya land et une édition spéciale moya land (édition virtuelle réalisée avec des articles consacrés à Moya)

       
         
       
 

Les enfants des classes de CP et CE1 de l'école de Saint-Sulpice-sur-Lèze
exposent leurs œuvres autour de l'article du magazine Artension "Héros".

               

Modèle virtuel pour préparer la prochaine exposition au Palazzo Saluzzo Paesana de Turin


Camion à Beton de la société LBN customisé à l'occasion du Carnaval de Nice

       

Le mur Moya - Salle départementale Laure Ecard Nice

     

17 mars, Le Cas Moya se joue en « replay » à l'Espace Départemental Galerie Lympia

"Forte de son succès, cette exposition intro rétrospective est prolongée dans la partie « Pavillon » de cet Espace Culturel du Département des Alpes-Maritimes.
Avec une scénographie modifiée et enrichie de nouvelles œuvres, s’adressant à tous les publics, « Le Cas Moya » tente de montrer, avec quelques clins d’œil à la psychanalyse,
sur quelles bases s’est construite l’œuvre de cet artiste hors norme, aujourd’hui dans la maturité de son talent."

Réaménagement de l'exposition "le cas Moya" pour sa prolongation
On efface pour repeindre et réaménager l'exposition pour la prolongation dans le pavillon de l'horloge

       
         
 
       

Texte de Véronique Godé pour artshebdomedias
http://artshebdomedias.com/article/introspective-moya-port-de-nice/

  Moya, c’est à la fois Gepetto et Pinocchio, l’œuvre et son créateur, Guy Lux et Debord, Chantal et son homologue : l’artiste peintre, performeur ou bâtisseur conceptuel dans les métavers de Second Life s’inspire autant de l’énergie créatrice d’un Goya que de l’esthétique kawaii d’une chorégraphie coréenne. L’art par dessus tout et la pulsion enfantine sublimée ! Jusqu’au 15 avril, Le cas Moya s’expose à Nice, inaugurant par une belle exposition introspective un tout nouveau lieu patrimonial : la galerie Lympia, dédiée à l’art contemporain sur le port.

Dans un bel écrin, conçu sur trois étages à partir d’un ancien bagne et d’un joli pavillon méditerranéen coiffé d’un toit terrasse, tout l’aréopage de Patrick Moya, Dolly la brebis clonée – égérie des soirées électro de la région –, l’âne, le singe, l’éléphant, la grue et la soucoupe volante… sans oublier le petit Moya en personne, nous font face dans de grands tableaux, sous la forme de sculptures, de céramiques ou de vidéoclips, comme s’ils nous attendaient pour une fête ! Sur le registre de la psychanalyse, la commissaire Florence Canarelli – auteure, notamment, d’une thèse sur la représentation de la folie dans l’œuvre de Goya – a conçu avec notre plasticien baroque et faussement naïf une exposition rétrospective qui rend hommage à son narcissisme fondateur – de la constitution de son moi au surmoi, en passant par la chambre et le nom du père. Ce duo complice avait d’ores et déjà répertorié en 2011 plus de 4 000 œuvres dans un catalogue raisonné*. Après 40 ans de création, il fallait bien faire le tri !
Né en 1955, Patrick Moya grandit à Troyes, où son père tient une boutique de prêt-à-porter féminin, laissant les clientes essayer librement les dernières tenues à la mode parisienne alors que l’enfant joue dans la vitrine et commence très vite à dessiner. Aura-t-il gardé de cette enfance exposée le goût de la performance et de la peinture en public, qu’il exécute sans retouche, dans de grandes fresques lors de soirées festives ? C’est à 15 ans seulement que « l’enfant chéri » du pays niçois, dont la civilisation joyeuse illumine désormais le tramway et les bus, fait irruption sur la Côte d’Azur. A ce moment-là, lorsque ses parents espagnols se marient, il emprunte le fameux nom du père. Dans une des premières salles de l’exposition, ses œuvres de jeunesse en déclinent les quatre caractères, M-O-Y-A, sous différentes formes symboliques : lettrisme aux couleurs primaires et ou bien sculpture. Comme si la signature elle même constituait l’œuvre à part entière.
Au cours de ses trois ans d’étude à la Villa Arson, Moya évolue de la BD à l’art conceptuel, du body art à l’art sociologique et à la vidéo. Il réfléchit sur l’impact de la télévision en direct, où l’humain est au centre, et fait même signer une pétition à ses professeurs pour que Guy Lux, son champion de la discipline, soit nommé ministre de la culture ! « L’art doit être populaire et le rôle de l’artiste est de toucher le plus grand nombre. Sa place est donc au cœur de l’œuvre ! », affirme celui qui, avant de se mettre à l’ouvrage, posa nu pendant quelques années pour des écoles d’art. « Je ne veux pas être le créateur, mais la créature », se dit-il, titrant l’une de ses premières expositions Esquisse d’un narcisse niçois en 1985. Pour Moya cela ne fait plus aucun doute : « Le message, c’est le médium et le médium, c’est l’artiste, conclut-il à la lecture de McLuhan. Et le seul message que j’ai à faire passer, c’est MOI ! » En 1997, il crée pour autoportrait un petit personnage à lunettes qu’il intègre dans la plupart de ses toiles et décline sur tous les supports, céramique, vidéo, 3D, marionnette, etc. « J’ai toujours rêvé d’être universel par la pratique de nombreuses techniques et styles et par la multiplication de mes avatars », confie le plasticien prolifique et travailleur acharné. Pendant quatre ans, Moya est capable de peindre les murs d’une chapelle de montagne à la mémoire de Saint Jean-Baptiste. Mais lorsque la fresque est inaugurée à Clans, en 2007, l’artiste aura servi de modèle à tous les saints, même Jésus ! Moya se prendrait-il donc pour Dieu ? Toujours est-il que depuis ses premières programmations sur un Thomson MO5, il tente de se virtualiser. Depuis 2007, cet artiste numérique hors norme passe une partie de sa vie dans le Moya Land, tout un univers émergé, construit à son effigie dans Second Life, où il anime, à Noël, la messe en direct, organise des conférences et des visites guidées dans son Moya circus, son musée, sa galerie, son sanctuaire, son cinéma ou encore dans toutes les répliques en 3D des expositions qui lui sont consacrées. Suivi par un club international de geeks et d’amateurs d’art de la Californie à Busan, en Corée, en passant par l’Italie, Moya y a même créé avec humour un groupe de personnages contestataires manifestant contre l’autocratie qui règne dans l’île. « L’art est supérieur à tout, il est supérieur à Dieu… il faut adorer l’art ! », affirme celui qui, en toute simplicité, créait à l’âge de trente ans La bible en photocopie de Patrick Moya : Adam et Eve y sont chassés de l’intérieur de l’œuvre ; le premier devient alors peintre et sa compagne comédienne, le travail créatif sera leur lot quotidien !


debut de la construction du modèle 3d du Palazzo Saluzzo Paesana de Turin
pour préparer la prochaine exposition d'avril.

               

11 mars Dernier jours de l'exposition "le cas Moya

Dédicace pour un collectionneur de street art

Visite guidée pour l'association Polychromes
Polychromes : ASSOCIATION CULTURELLE LGBT DE LA CÔTE D'AZUR

"Polychromes aime Moya, et Moya nous le rend toujours merveilleusement bien. Aujourd’hui, visite guidée privée avec l’artiste de la magnifique exposition « Le cas Moya », à la galerie Lympia au port de Nice,
suivie d’un déjeuner avec Patrick Moya
L’expo se termine demain, dépêchez-vous !!! Nous avons été nombreuses et nombreux à nous laisser surprendre en découvrant le vrai monde artistique de cet incroyable artiste. C’est un régal !"

       
     

La Lettre du port de Nice

         

5 mars - IAE Graduate School Of Management de Nice -
Film réalisé sur le Moya land pour Art et Leadership " à l'ère des nouvelles technologies"

organisée par les étudiants du master Management de l’Art et du Tourisme Culturel de l’IAE Graduate School Of Management de Nice à l'université Saint Jean d'Angely.

  le film  
   

Rubrique "Héros" du magazine Artension
avec un entretien réalisé par Patrick Le Fur sur 8 pages

         
                 
             

fevrier


Article dans le magazine Les petites Affiches
à propos de l'exposition "le cas Moya"

     

24 fevrier - visite du club de la presse 06 et des amis du Mamac à l'exposition "le cas Moya"

     

Interview pour la série "l'art en 3 minutes" partie 2 - le virtuel
interview réalisée par Morgane Nannini

       

Interview pour la série "l'art en 3 minutes" partie 1 - le Cas Moya
interview réalisée par Morgane Nannini

       

on peut louer la fiat 500 "Moya"
http://www.locationfiat500.com/

     

le premier teaser pour annoncer la conférence de presse de l'Euro pétanque
tourné dans le Studio Moya de Second Life

       

19 fevrier - Présentation de l’affiche de la 17ème édition de l’Europétanque des Alpes-Maritimes
dévoilée par Charles Ange Ginesy et Eric Ciotti

     

le cyber Carnaval de Nice sur les écrans de la place Masséna avant le corso
Le film du Cyber Carnaval de Nice sur les grands écrans de la place Masséna juste avant les corsos - avec la participation de nombreux internautes
presents lors de deux soirees "Cyber Carnaval" sur la place Masséna virtuelle dans le ciel du Moya Land de Second Life
Le film est diffusé avant les corsos sur les grands écrans dela place masséna en collaboration avec l'Office de Tourisme et des Congrès de Nice Côte d'Azur. 


Article de Pauline Weber pour Beaux arts
À la galerie Lympia, plongez dans l'univers décalé et foisonnant de Patrick Moya

 
     
 
click to enlarge click to enlarge click to enlarge click to enlarge click to enlarge

18 fevrier - lancement du carnaval de Nice première sortie du Carnavalon
fils du roi et de la reine de Carnaval

 
     
   

Participation à l'exposition de groupe "Real Art" à la Galleria dell'universita del melo à Galaratte

       

film pour la messe des artistes - thème de la messe "les artistes font leur cirque"
- Avec la participation de l'avatar du frère Yves Marie Lequin aumônier des artistes du diocèse de Nice .
Ce film a été tourné dans la réplique de l'église saint Pierre d'Arène de Nice sur l'univers virtuel du Moya Land de Second Life. 

       

la replique virtuelle de l'eglise Saint Pierre d'Arène se prépare pour la messe des artistes
au Studio Moya de second life

       

Un artiste californien rencontré en visite sur les îles Moya
et amené dans la réplique de l'exposition en cours à Nice.


Le livret distribué aux enfants à l'entrée de l'exposition au port Lympia


Dans le magazine Week end de Nice Matin

   

Article sur le blog artetcinemas
http://artetcinemas.over-blog.com/2018/02/the-moya-affair.html

    The Lympia Art Gallery welcomes until Mars an artist who think about the part playing by the artist in the medias. Moya interest himself for a long time about medias and publishes in 1982 at the Bramstacker editions a book entitled "Theory of a Fine - Art model" in which he estimates that the media is more important than the message. Successively he concentrates his attention on TV for his immediacy, on the Internet ancestor the minitel, on computers and on video games. Moya must admit that he improves a huge admiration for the famous French TV host Guy Lux and considers him as an artist.
Moya doesn't only underlines the part playing by the medias because he estimates that at the end the real media is the human being and he includes himself inside. He introduces himself since 1974 when he keeps waiting nude at the Villa Arson but he will go more longer when he creates his ridiculous alter ego influenced by the Pinocchio character and put it inside every canvas he paints. Moya does like that because he wants to live inside the picture and want to let a track for the future generations.
 

le robot Nao commence son apprentissage à l'espace départemental Lympia afin de servir d'assistant.
Travail réalisé avec les étudiants du lycée des Eucalyptus de nice

     

Article et interview vidéo par Jean Marc Lebeaupin sur Artsixmic
http://www.artsixmic.fr/une-exposition-intro-retrospective-au-coeur-de-lunivers-moya/

       

texte de Michel Gathier paru dans la Strada
le texte est également sur le site l'art de nice
https://lartdenice.blogspot.fr/2018/02/exposition-patrick-moya-galerie-port.html?spref=fb

         

le frère Yves Marie (aumonier des artistes) et son avatar en aumonier intersidéral
pour la dernière séquence de tournage du Cyber carnaval de Nice dans le ciel du Moya land

 

Annonce des visites guidées pour les séniors de l'exposition "le ca s Moya"
dans la brochure de "Séniors en action"

       

dessin pour le char du prochain carnaval de Nice - le Carnavalon (fils du roi et de la reine de canaval)
"un petit pan bagnat un grand pas pour l'humanité"

       

janvier


 29 janvier - tournage du film pour le Cyber Carnaval de Nice.
Animé par le chanteur espagnol Xesco Grossman en live depuis Tenerife
avec la participation de nombreux internautes spécialement déguisés sur le thème du carnaval de Nice 2018 - l'espace - Merci à Francesca CaeranEvents manager de nombreux chanteurs de Second life et tous les présents.

Chapichapo Delvalle, Yves Marie Lequin, Christophe-Allard Christall-Nomashexagon ,Bernard Hildebrand, Aïcha Amiot, Tilly Firanelli, Cris Donald,
Massimiliano Reda, Gattalia Rossini. Clivio, Klaudia Demonia, Qwertys Freenote, Rachel Davinci, Stewe Ceriano,
Arcanquest Frank, Yena Koba, Zeus444, Nefer Adder, Cla Negulesco, Terra Merhyem, Venusienne McMahon,
Klaudia Demonia, Luna Oscar, Lyack Glenwalker, Alcapon Miami, Lili Mayerhofer, Nazirah Avro
Eva Barrowstone, Frederick Naminosaki, Laguna Blu, Demonia Luv, Cecilia Kanya, Gazelle Cheffe, RafaellaBella64,
.... et d'autres que nous avons oublié de noter
Les images tournées serviront au montage du film définitif pour être diffusé sur les grands écrans du carnaval de Nice juste avant le lancement du Corso
Le décor virtuel est posé sur un vaisseau dans le ciel du Moya land de second life

 

 
    le film de la soirée  
     

29 janvier - Université des lettres de Nice Département des Arts
2 heures de rencontre et questions réponses autour de la performance et du corps réel et virtuel
pour les étudiants en art et spectacle de la fac de lettre de Nice dirigé par Guislaine del Rey


visite en voiture de la maquette 3d de l'expo à l'espace Lympia pour un américain d'Atlanta
après on a visité d'autres maquettes virtuelles d'expositions conservées sur le Moya land de second Life

     


Article de Riviera Buzz à propos de l'exposition "le cas Moya"
http://riviera-buzz.com/on-the-town/entertainment/item/patrick-moya-expo-galerie-lympia.html

   

A multi-talented artist, and one of the most famous exponents of the L’École de Nice movement alongside Cesar, Arman and Ben, Patrick Moya is to be found just about everywhere on the Côte d’Azur.

His artwork can be found at the MAMAC and local galleries in Nice, while the modern frescoes he designed for the chapel Saint Jean-Baptiste in the little village of Clans in the Tinée valley to interpret the story of the famous saint represent characters that are in reality self-portraits of the artist himself. Recognition for a man who lives in his own artistic universe and who is now being celebrated with a retrospective of his work at the newly opened Galerie Lympia in the Port of Nice.
Paintings, sculptures, ceramics, digital images, 3D movies, live performances … Moya has done it all in a career that spans 40 years, often finding inspiration in popular shows, such as the circus or the Carnival of Nice. As journalist Florence Canarelli wrote in a book dedicated to the artist: “Moya’s universe is both enchanted and slightly perverse.”
With the dream of “becoming a Creature instead of the Creator”, the multifaceted artist who was born in 1955 in Troyes, started working with the letters of his last name to tag anonymous images before inventing his alter ego, “Little Moya”, a cross between himself and Pinocchio. Soon after, he created “Dolly”, a little sheep that became the mascot of the now famous techno “Dolly parties”. And if that was not enough, Moya is now the owner of a virtual “Moya Land” in 3D, made of colourful characters that include teddy bears, flying elephants, winged devils and drag queens, and which is now traveling the world. In 2009, an entire room of Florence’s Museum of Anthropology was devoted to the “Moya Civilization”, while Italian critic Marion Gerosa dubbed him “one of the great pioneers of the digital universe”.
A bit narcissistic? Probably, considering the numerous avatars of Moya that now exist in so many forms in his works. Optimistic, playful, and poetic? Definitely, when looking at his back catalogue; a catalogue that can be discovered and enjoyed at the Galerie Lympia until the 11th of March.


le robot Nao du Projet de groupe de BTS SN-IR 2ème année à Epinal tente de réaliser une oeuvre

   

Carte de voeux d'une boutique qui vend des bijoux français au japon.
cette sculpture avait été éditée pour la galerie japonaise Gan en 1995 et est sans doute la propriété de cette boutique japonaise-

 

 

17 février - Visite de l"exposition "le cas Moya" par l'association Vu pas Vu
"Visite guidée gratuite,
 réservée aux détenteurs carte Vu pas Vu et limité au nombre de 20 places. . 
Vu pas Vu en collaboration avec la Galerie Lympia, vous propose de voir l'exposition de Patrick MOYA, une petite collation suivra cette visite ainsi qu'une entrevue avec l'artiste pour discuter et poser vos questions. "


dans la recherche de second Life l'université du Moya land parmis les campus virtuels
des vraies universités du Wisconsin et du Michigan. 
(l'université Moya est semi fictive puisque ayant uniquement des robots avec IA comme professeur avec IA)
Aucune université française alors que toutes les universités américaines sont sur le monde virtuel..

 

 

le robot Nao est arrivé dans l'expo de Nice avant de repartir au lycée des Eucalyptus
pour être programmé afin de pouvoir signer les catalogues et tenter de réaliser quelques oeuvres

 

   

exposition "Moya et le Skeleton Band" à la médiathèque Antoine de Saint Exupery de Saint Sulpice sur Lèze
L'exposition se propose de plonger ou de replonger le visiteur dans la collaboration d'un soir de juin 2016 entre Patrick Moya et Le Skeleton Band 
autant improbable qu'évidente tant s'opposent les univers pour finir par former une unité parfaite.
Exposition des peintures de Moya Patrick et des photographie de Pierre Honoré et Jean-Marc Larroque

Pendant le vernissage Patrick Moya était en direct sur skype sur grand ecran depuis l'expo de Nice.
Les organisateurs de cette expo sont Jean-Marc Larroque et Nathalie Gobé du groupe Pirat's qui à beaucoup animé la communauté artistique de Second Life.

 

       

 

Des internautes américains et asiatique rencontrés sur la place Moya et qui visitent la reproduction
de l'exposition au port Lympia dans le serious game moya land de second life

les enfants ne sont, bien sur, pas des enfants mais des internautes qui s'amusent à jouer une famille lors de leurs visites touristiques dans le monde virtuel.
Cette experience permet cependant de préparer les prochaines visites scolaires de l'expo dans le réel.

     

Annonce de l'exposition "Le cas Moya"" sur le site de century21 Nice
https://www.century21-lafage-06300.com/actus/1559408589/la-sortie-du-week-end-a-nice

   

10 janvier sur France Bleu Azur. Interview par Eric Charay "L'artiste niçois Moya et son monde virtuel moyaland"
https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-ca-vaut-le-detour/azur/l-artiste-nicois-moya-et-son-monde-virtuel-moyaland

 

Un article en italien de Ligurie qui parle de l'exposition à Nice et aussi des céramiques réalisées à Albisola

  Liguria e Costa Azzurra. La mostra di Moya a Nizza. Un genio e un po’ di Albisola

L’arte, tra la Liguria e la Costa Azzurra, dialoga da molti anni. Dunque non è una sorpresa trovare nella sontuosa mostra di Patrick Moya a Nizza qualche pezzo in ceramica realizzato ad Albisola.Moya ha un legame stretto e affettuoso con la nostra terra, dovuto ad un altro geniaccio dell’arte contemporanea che si chiama Giorgio Laveri. Ho visitato la mostra di Moya a Nizza. Ed ho incontrato l’artista – che avevo conosciuto in una lontana cena di una quindicina di anni fa – e l’ho ritrovato identico ad allora, esattamente come il suo personaggio virtuale e reale che lui ha consegnato al pubblico. Un Pinocchio buffo e inquietante. La mostra di Nizza – grande, bellissima, difficile da descrivere – racconta di un genio dell’arte contemporanea. Uno dei miei preferiti. Moya.

Ferdinando Molteni


7 Janvier Soirée avec une chanteuse italienne et un DJ sur le parvis
de la reproduction virtuelle de l'exposition "le Cas MOYA"

dans le sérious game "Moya land sur second life (en réel à l'espace culturel départemental Galerie Lympia sur le port de Nice) 
soirée italienne avec la chanteuse Ladyb en live et Dj Adam. Soirée organisée avec l'aide de Francesca Caeran Events.
la soirée se termine par une visite de la reproduction de l'exposition pour les internautes présents

     

la visite virtuelle de l'exposition avec les avatars présents lors de la soirée

     

 La galerie Franck Michel présente un "stand Moya" au salon de Beaulieu sur mer

 

 

Article de Nicole Laffont sur l'exposition
"le cas moya" à l'espace départemental lympia de Nice

  Moya joue au yo-yo à la galerie Lympia, à Nice Un capharnaüm insensé au rez-de-chaussée d’une villa au charme suranné. Dans le jardin, des petits personnages de BD jouent avec des poissons… C’est l’atelier Moya. Crayons et pinceaux en désordre, bibelots sans intérêt apparent, mélange kitch de souvenirs dérisoires et de tableaux 19e semblant rescapés d’un autre univers. Univers très lointain du Moya land imaginé par l’artiste pour une seconde vie asseyant sa notoriété dans le monde virtuel de la création vive.Le moi Moya est constitué de paradoxes et c’est sans doute ce qui fonde son pouvoir d’attraction. Il expose aujourd’hui son « cas », à savoir ses facettes modèle stroboscope, à la galerie Lympia. Quel chemin parcouru depuis ses années Bohème où il posait nu dans les cours de dessin! J’avais publié sa photo dans le quotidien régional. « Sans doute la première photo de nu dans Nice-Matin…» ironise-t-il aujourd’hui. Je n’ai pas vérifié. Mais ce qui me frappe lorsque je regarde le fil rouge qui relie ses premières créations  toujours construites avec les quatre lettres de son nom et ses performances actuelles capables d enflammer un vaste auditoire par la virtuosité du geste pictural c’est une espèce de frénésie du dire.Partant de rien ou plutôt d’une toile noire, Moya peut donner vie en direct aux petites créatures qui peuplent son île. Cirque avec chapiteau, rideau, marionnettes, la brebis Dolly et… Pinocchio. Entre ange et démon tout un peuple de bonshommes et d’animaux farfelus et sympathiques. Avec bien entendu toutes les tonalités de l’arc en ciel histoire de faire décoller encore plus facilement vers le pays merveilleux de l’enfance où tout est possible. Moya, on le suit depuis des années. Il évolue, se perfectionne, innove mais ne grandit pas. Pour le grand bonheur des afficionados.Moya déteste le silence, le vide, le repos. Bon pour les cimetières sans doute! Que l’on aime ou pas ses personnages de dessin animé, ses brebis maquillées façon star, ses fresque délirantes, on ne peut que frissonner devant une telle profusion, une telle générosité. Mettre de l’ordre dans sa tête au moyen d’un vaste désordre extérieur (c’est inversement proportionnel paraît-il…), s’exposer sans peur ni retenue, donner du bonheur en suscitant l’interrogation sur la réalité grise ici mue en orgie colorée. Le destin Moya est peut-être fait de ce pari fou: balayer la morosité. Faire de l’art pour que les visiteurs adhèrent à cette utopie chamarrée. Bien-sûr, le nom du père, la folie de Narcisse, la peur de la vacuité ou la tentative désespérée d’abolir la mort… On peut tenter de défaire des nœuds gordiens. Mais ce qui reste, en fin de pelote, c’est ce fabuleux appétit de vivre que Moya nous fait partager du côté du port de Nice.  

reportage de côte TV sur l'exposition
"le cas moya" à l'espace départemental lympia de Nice

       

 visite de la chercheuse et universitaire tunisienne Wafa Bourkhis sur la réplique virtuelle de l'exposition
"le cas moya" à l'espace départemental lympia de Nice

   
   


carte de voeux pour la Galerie "Atelier Franck Michel"
Image réalisée dans le studio Moya virtuel de second life

 

 

Carte de voeux du cabinet Fougues Assurances - Franco Anglaise d'Assurances
Sponsor des îles Moya de second life

     

4 janvier - visite de l’exposition de Nice en compagnie de Roberta Panza et Mario Gerosa
Mario Gerosa critique italien inventeur du concept de renaissance virtuelle spécialiste des univers virtuels des jeux vidéo
et auteur d'ouvrages sur le tourisme virtuel mais aussi le cinéma et la télévision. et qui a préfacé le guide des îles Moya de second life.

 

   

Image pour la carte de voeux du centre LGBT de Nice - thème : 2018-sera-engagee-et-solidaire
Image réalisée dans le studio Moya virtuel de second life http://centrelgbt06.fr/…/2018-sera-engagee-et-solidaire-bo…/

 

 

Article de Lola Gassin à propos de l'exposition à Nice
http://chezlolagassin.com/le-cas-moya-galerie-lympia-port-de-nice/

 

Titre on ne peut plus approprié pour moi face à l’œuvre de Patrick Moya, comme par rapport à ce nouveau lieu d’exposition ouvert à Nice depuis à peine un an, je crois.Pourquoi cette première interrogation ? Parce que Moya est, dans le paysage niçois et plus globalement dans le monde de l’art, un phénomène à part…Pour l’avoir côtoyé je pourrais dire à ses débuts, puisque j’ai été sa galerie et que nous avons organisé ensemble plusieurs expositions dans mon espace d’abord, en 91, 92, 94, 96 et à Art Jonction, mais aussi dans des lieux plus inattendus comme la brasserie Flo par exemple, je crois assez bien connaître son œuvre, même si je n’ai pas percé l’énigme que représente cet artiste, charmant, léger au prime abord, mais sincèrement, viscéralement, mystérieux sous ses abords affables.Je l’ai connu par Claude Fournet qui le soutenait et avait accroché, dans son merveilleux appartement dédale jouxtant la Villa Masséna, de petites œuvres figurant des écrans de télévision dont on peut voir quelques exemplaires dans l’exposition de la Galerie Lympia.Dans cet étrange édifice labyrinthique, ancien bagne réaménagé à plusieurs reprises et définitivement réhabilité par le département des Alpes-Maritimes pour être mis en service fin 2016 en tant que galerie, Patrick Moya a conçu une rétrospective qu’il appelle intro-rétrospective, un habile moyen d’aborder l’aspect protéiforme de son œuvre.De la grande crèche (ici pas de débat déplacé, nous sommes dans un lieu d’exposition) à la projection du Moya Land virtuel, aux peintures très exotiques et aux sculptures parfois plus anciennes, je me promène en pays connu et ami, même si l’œuvre virtuelle de l’artiste me reste étrangère. C’est d’ailleurs ainsi, allant de ce que j’apprécie à ce qui m’indiffère, que s’articule mon parcours dans un travail souvent trop bavard, mais si foisonnant, si inventif, si riche en couleurs et en formes, que je reste ébahie par tant de savoir faire et, je dois dire, de savoir peindre ! Bravo l’artiste, a-t-on envie de crier, comme à la fin du spectacle quand on a craint que l’équilibriste ou le clown, prenant trop de risques, ne se casse la gueule ! Notre artiste Moya est un virtuose, il ose tout et sa main ne tremble jamais, au point que, parfois, on aimerait un peu plus de maladresse, de retenue, mais incontestablement l’œuvre est là, robuste, inclassable, hors norme, en un mot originale et donc étrangère à l’analyse ! Seul recours devant tant de vigueur, employer ce à quoi tout critique répugne, tant le procédé est primaire, celui du j’aime ou du je n’aime pas… eh bien, j’y succombe ! J’aime cette idée magnifique et finalement très conceptuelle de Moya, dès 1986, de faire œuvre avec les quatre lettres de son nom, déclinées sur des dessins, des peintures, des sculptures… Lettres auxquelles il attribue une couleur symbolique M rouge (l’énergie), O jaune (le message), Y vert (l’antenne réceptrice) et A bleu (la montagne)… Ce lettrage, il l’appliquera plus tard (1990/1995) aux gravures des vieux dictionnaires dont il projette les images sur de grandes toiles aux aplats de couleurs primaires. C’est avec ses autoportraits soumis au même traitement, la période la plus riche, la plus forte de son œuvre, me semble-t-il, celle en tout cas que je connais le mieux puisque je l’ai exposée dans ma galerie. J’aime également que cette écriture puisse créer des formes et donner des sculptures très minimales, un Christ, une chaise, une mouette, un soleil…, le tout sur du métal brut, sans apprêt, sans fioritures… D’où vient à Moya cet incoercible besoin d’écrire son nom partout ? Est-ce pour célébrer ce père dont il ne portera le nom qu’à partir de l’âge de quinze ans ? Est-ce pour affirmer son « moi » dont très jeune il prend conscience puisque, enfant, ses parents l’exposaient comme un objet dans la vitrine de leur boutique à Troyes ? A ces questions je n’ai pas la réponse et contrairement à beaucoup, dont Ben qui affirme que Moya a appliqué à la lettre sa théorie sur l’ego : « Pour moi c’est un des rares artistes à avoir pris ma théorie de l’ego au sérieux. », je pense qu’à force de se mettre en vitrine (comme lors de son enfance), Moya se cache – d’où ce que j’appelle « le mystère Moya » – plus qu’il ne s’affiche dans son œuvre. D’ailleurs ses spectacles, ses mises en scène, ses créations de personnages : les Dolly d’abord, le Pinocchio, puis son monde virtuel, n’est-ce pas une façon d’échapper  à ce moi qu’il tente de nous faire prendre comme essence même de son œuvre, alors qu’il n’est qu’une fiction. J’aime moins chez Moya son univers de montreur de marionnettes, auquel je me sens parfaitement étrangère même si là encore, il fait preuve d’une incroyable dextérité à peindre son monde du spectacle, riche de mille et un détails, architectures, objets, animaux dont Moya n’est qu’un des acteurs parmi d’autres… Une exception à mon indifférence, les divers portraits des Dolly très XVIIIème, une galerie de tableaux désopilants et extrêmement élégants à la fois… Enfin, si Le cas Moya nous interroge sur l’œuvre de cet artiste inclassable, il nous questionne aussi sur cette Galerie Lympia et son devenir… Inaugurée par une exposition de sculptures de Giacometti, puis de photos du journaliste de Nice-Matin Ralph Gatti, elle accueille aujourd’hui un peintre, Patrick Moya, et par la suite Raymond Depardon… Doit-on en conclure qu’il y a alternance entre des œuvres de renommée internationale et des artistes plus régionaux ? Il me semble que pour le bien-fondé de ce nouveau lieu, il serait intéressant de mieux connaître le but de ces expositions et d’en savoir un peu plus sur l’organisation des vernissages qui, en raison de la belle mais difficile architecture des lieux, sont un défi à la bonne entrée et circulation des personnes, apparemment  étrangères aux comportements à respecter dans des lieux de culture…

une internaute de la Côte est des États-Unis en visite sur la galerie lympia virtuelle
faute de pouvoir la visiter en réel avant le 11 mars

   
   


dans la revue italienne Hestetika

 

Sur le magazine I/O - un article de Lola Salem
http://www.iogazette.fr/critiques/focus/2017/ecriture-universelle-de-soi/

      Click for enlarge
 

Exposition "le cas Moya" à la galerie Lympia de Nice (espace culturel departemental)
Du 19 déc 2017 au 11 mars 2018

L'exposition "le cas Moya" continue en 2018 à l'espace culturel departemental Galerie Lympia au port de Nice - jusqu'au 11 mars

       
 

      dédicace pour Mende Sushi  

 

le site de l'éditeur du catalogue de l'exposition
http://www.snoeckpublishers.be/usite/snoeckpub_frbe/index.asp?p=914&c=T1&i=635


Une application permet d'ouvrir automatiquement une page et de se géolocaliser dans l'espace d'exposition
et d'avoir des infos supplémentaires sur l'expo "le Cas Moya"

 


Voeux de la reproduction virtuelle
de l'espace culturel galerie Lympia de Nice et de l'exposition "le cas Moya"


Feu d'artifice au Moya Land sur la terrasse de la reproduction virtuelle
de l'espace culturel galerie Lympia de Nice et de l'exposition "le cas Moya"


archives janvier à décembre 2017

archives juillet à décembre 2016

archives janvier à juin 2016

archives juillet à décembre 2015

archives janvier à juin 2015

archives juillet à décembre 2014

archives janvier à juin 2014

archives juillet à décembre 2013

archives janvier à juin 2013

archives juillet à décembre 2012

archives janvier à juin 2012

archives juillet à décembre 2011

archives janvier à juin 2011

archives juillet à décembre 2010

archives avril à juin 2010

archives janvier à mars 2010

archives octobre à décembre 2009

archives juillet à septembre 2009

archives avril à juin 2009

archives janvier à mars 2009

voir les archives juillet à décembre 2008

voir les archives janvier à juin 2008

voir les archives juillet à dec 2007

voir les archives avril à juin 2007

voir les archives janvier fevrier mars 2007

voir les archives oct, nov, dec 2006

Voir les archives juillet août septembre 2006

Voir les archives avril mai juin 2006

archives janvier - fevrier - mars 2006

archives octobre - novembre- decembre 2005

archives juillet, août, septembre 2005

archives avril, mai, juin 2005

archives janvier, fevrier, mars 2005

archives 2004
Napoli, Monaco, Milano, Cahors, La Seyne, Marseille, Roanne, Nice, Zagreb

archives 2003
Metz, London, Aix, Le Cailar, Toulon, Bordighera, Brescia, Bologne, Bari, Strasbourg, Nice ,Monaco

archives 2002
Taiwan, Hong Kong, Korea, Draguignan, Nîmes, Albisola

Les archives plus anciennes sont en cours de construction

 

RETOUR